Devenez mécène

Jérémie Le Louët lit Marcel Schwob

Jérémie Le Louët lit Marcel Schwob écrivain proche des symbolistes (1867/1905), il fréquente Valéry, Gide, Colette et Jules Renard. Il a été le mari de Marguerite Moreno. 

Marcel SCHWOB

 

Marcel Schwob est né à Charleville en 1867 dans une famille de lettrés. Son père Georges Schwob est un ami de Théodore de Banville et de Théophile Gautier. Il participe au Corsaire Satan de Baudelaire et signe une pièce de théâtre avec Jules Verne. Sa mère, Mathilde Cahun est issue d’une famille d’intellectuels originaires d’Alsace. Neuf ans après sa naissance sa famille s’installe à Nantes où son père prend la direction du quotidien républicain Le Phare de la Loire. Marcel Schwob et sa sœur sont élevés par des gouvernantes anglaises et reçoivent des cours de précepteurs allemands. Schowb se révèle un élève précoce et brillant. À dix ans il maîtrise l’anglais et l’allemand, lit avec plaisir des livres de grammaires comparées et les contes d’Edgar Allan Poe. Marcel Schwob écrit à 11 ans son premier article, un compte-rendu de lecture d’Un capitaine de quinze ans de Jules Verne qui paraît dans Le Phare de la Loire. En 1881 il part à Paris pour poursuivre ses études et réside chez son oncle Léon Cahun. Ce séjour est déterminant pour la vocation littéraire de Marcel Schwob. Son oncle est le bibliothécaire chef de la Bibliothèque Mazarine. Schowb poursuit ses études au Lycée Louis le Grand où il se lie d’amitié avec Léon Daudet et Paul Claudel. Marcel Schwob échoue à l’entrée de l’École Normale Supérieure mais il réussit brillamment sa licence de Lettres en 1888. Après un second échec à l’entrée de l’École Normale Supérieure Marcel Schwob se tourne vers le journaliste et la littérature. Il écrit des articles pour Le Phare de la Loire, L’Événement, L’Écho de Paris. En 1891 il prend la direction avec Catulle Mendès du supplément littéraire de L’Écho de Paris. Il devient à partir de ce moment-là un personnage important du monde littéraire parisien. Marcel Schwob publie à cette période deux ouvrages : Cœur double dédié à Stevenson et un recueil de contes fantastiques : Roi au masque d’or. Schwob s’intéresse également au théâtre et particulièrement à l’œuvre d’Henrik Ibsen sur laquelle il donne de nombreuses conférences. Il fréquente le salon de Mallarmé et d’André Gide où il rencontre Colette qui devient une amie proche. Schowb continue à publier des ouvrages : La Croisade des enfants, récit polyphonique inspiré d’une légende médiévale, Spicilège, Vies imaginaires, La Légende de Serlon de Wilton… En 1900 il épouse l’actrice Marguerite Moreno, grande amie de Colette. Mais la santé de Marcel Schowb se dégrade de plus en plus, il continue pourtant à voyager et séjourne à Jersey, à Samoa. Schwob doit pourtant rentrer en France pour soigner une pneumonie. Il reçoit chez lui Apollinaire, Paul Louys, Henri de Régnier et commence à travailler sur un grand ouvrage sur François Villon. Son œuvre restera inachevée, Marcel Schwob meurt d’une grippe en 1905 à l’âge de 37 ans.

Distribution
Représentations

Jardins des écritures
  • jeudi 25 juillet 2013 17h00
Tarifs

Gratuit

Archives

- festival 2021
- festival 2020
- festival 2019
- festival 2018
- festival 2017
- festival 2016
- festival 2015
- festival 2014
- festival 2013

© 2013 Scenograph - Création Pixbulle