Devenez mécène

L'importance d'être sérieuxOscar Wilde

Deux jeunes hommes, deux amis, l’un citadin en quête d’aventures sexuelles à la campagne, l’autre campagnard qui veut jouir librement des occasions de la grande ville, s’inventent chacun un alter ego débauché. Deux jeunes femmes partagent l’obsession d’épouser un homme à la seule condition qu’il se prénomme Ernest (prénom synonyme de sérieux, sincère, loyal) c'est-à-dire un jeune homme qui ne soit pas un débauché, précisément. Or, c’est des deux amis roués (et pas du tout sérieux) que vont s’éprendre les demoiselles. Jean-Marie Besset, le directeur du théâtre des 13 vents à Montpellier a souhaité donner une « nouvelle voix » à cette pièce en lui donnant une nouvelle traduction.  

C’est au moment où sa vie va basculer dans la tragédie, en 1895 (trois procès en sodomie et outrage aux mœurs aboutiront à une condamnation à deux ans de travaux forcés, et à une mort précoce en 1900) que Wilde donne la comédie la plus brillante du théâtre anglais : The Importance of Being Earnest. Après son incarcération, elle a d’ailleurs continué de triompher dans le West End, mais le nom infamant de son auteur fut retiré de l’affiche.
La pièce, qui se présente comme une très mondaine comédie de salon (« drawing-room comedy ») tire sa profondeur d’une variation sur le double, et l’idée platonicienne que l’être est en perpétuelle recherche de sa moitié perdue. Elle célèbre aussi la fougue et l’insolence d’une jeunesse capable de subvertir les conventions de la société victorienne.
Deux jeunes hommes, deux amis, s’inventent chacun un alter ego débauché, le citadin en quête d’aventures sexuelles à la campagne, et vice-versa pour le campagnard qui veut jouir librement des occasions de la grande ville. Ces deux complices en libertinage, vont in fine se révéler être deux frères.
Deux jeunes femmes devenues amies « comme deux sœurs » partagent l’obsession d’épouser un jeune homme à la seule condition qu’il se prénomme Ernest *(prénom synonyme de sérieux, sincère, loyal) c'est-à-dire un jeune homme qui ne soit pas un débauché, précisément. Or, c’est des deux frères roués (et pas du tout sérieux) que vont s’éprendre les demoiselles (celle des villes et celle des champs) avant d’en devenir les épouses.
Les relations très symétriques de ce quatuor sont arbitrées par une femme monstrueuse (décrite comme « une gorgone »), Lady Bracknell, la mère de l’une des jeunes filles. Une tradition récente, à New York, à Londres, a conduit de grands comédiens à relever le défi de ce rôle de femme tout théorique. Même si la malédiction est patente (« toutes les filles finissent par ressembler à leur mère »), il y a dans cette comédie un hymne à la jeunesse, au simple fait d’être jeune, et amoureux, une célébration des jeunes gens et des jeunes filles en fleur, avant que la vieillesse ne les condamne à devenir grotesques, pesants, et incapables d’aimer, au sein de cet enfer que serait la vie conjugale.
Jean-Marie Besset

Production : Théâtre des 13 vents

Distribution

Production Théâtre des 13 Vents

Presse

 « Un siècle plus tard, cette comédie dite de salon, critique acerbe d’une société londonienne attachée à ses privilèges, dans son décor victorien ou à la campagne, n’a pas pris une ride. Elle semble même très actuelle en plein débat sur le mariage pour tous avec la subversion des conventions et la liberté des mœurs comme toile de fond, voire même quelques allusions à l’homosexualité »

Le Point, 18.01.2013

Représentations

Théâtre Démontable
  • samedi 20 juillet 2013 21h45
  • dimanche 21 juillet 2013 21h00
Tarifs

série 1série 2
Plein2618
Réduit/Bleu2314
Vert1611
Moins de 25 ans108

Abonnement Bleu : de 4 à 7 spectacles différents par personne, dont au moins deux spectacles de la catégorie A
Abonnement Vert : à partir de 8 spectacles différents par personne.

Archives

- festival 2021
- festival 2020
- festival 2019
- festival 2018
- festival 2017
- festival 2016
- festival 2015
- festival 2014
- festival 2013

© 2013 Scenograph - Création Pixbulle