Devenez mécène

Quatre de l'infanterie Georg Wilhelm Pabst (1930)

Accueil
Spectacles
Quatre de l'infanterie
Film allemand réalisé par Georg Wilhelm Pabst, sorti en 1930. Premier film sonore de Pabst, de puissantes images épiques et lyriques mettent l'accent sur l'horreur de la guerre dans cette œuvre pacifiste. 

En 1918, sur le front allemand. La vie des soldats est dure, inhumaine, les attaques suivis d'attentes interminables usent nerveusement les hommes. Un jeune étudiant tombé amoureux de la cantinière devient sa maitresse, mais meurt au combat quelques jours après. Son ami Karl, revenu au front après une permission, se porte volontaire avec trois compagnons pour une mission au cours de laquelle il va lui aussi mourir. Avant de rendre son dernier souffle, un ennemi agonisant lui tend sa main en guise de fraternité...

De nombreuses séquences sont émouvantes et réalistes : les hommes enterrés vivants sous les bombardements, l'attaque des tanks français, l'étudiant tué par un soldat hurlant dans un no man's land et, à l'arrière, l'Allemagne rationnée avec les queues devant les boutiques d'alimentation.
Ce film pacifiste est l’un des meilleurs films consacrés à la Grande Guerre.

Le film fut interdit en 1933 par Joseph Goebbels, ministre de l'information et de la propagande du Troisième Reich.

Fritz Kampers : le bavarois
Gustav Diessl : Karl
Hans-Joachim Moebis : l’étudiant
Claus Clausen : le Lieutenant
Jackie Monnier : Yvette
Hanna Hoessrich : la femme de Karl
Else Heller : la mère de Karl

Extrait du roman de Ernst Johannsen
« Calculez donc tout ce qu’on a creusé, toutes les tranchées, les tombes et les sapes, toutes les positions d’artillerie, toutes les mines… – Nom de nom, messieurs, ajoute Lornsen, avec un tel effort, nous aurions pu creuser un canal à travers l’Europe. L’humanité gaspille son superflu sous forme de guerres. Les millions de tonnes de ferraille qui gisent sur le front occidental sont fichus, tandis qu’un vieux pont peut au moins encore être refondu. Je propose à messieurs les savants d’étudier le problème de l’utilisation des cadavres d’hommes. Calculez-moi combien pèse un million de tués. Disons cent cinquante millions de livres. C’est tout de même un superbe gâchis que de laisser perdre ainsi cette belle viande. – Console-toi, vieux sanguinaire, lance Job, railleur, les arbres pousseront mieux ici, plus tard. Les fleurs se multiplieront en abondance (…) " .

Ce film sera présente les mêmes semaines à la salle Atmosphère de Capdenac Gare (tarif 3€)

Représentations

Cinéma Charles Boyer, Figeac
  • samedi 02 août 18h00
Tarifs

Réserver

Archives

- festival 2019
- festival 2018
- festival 2017
- festival 2016
- festival 2015
- festival 2014
- festival 2013

© 2013 Opéra Eclaté - Création Pixbulle