Devenez mécène

L'aiglon histoire d'un rêve d'après Edmond Rostand

Accueil
Spectacles
L'aiglon histoire d'un rêve
 

« L'Aiglon » désigne le fils de Napoléon Ier qui n’a que très peu vu son père en campagne de guerre pendant les vingt années de sa courte vie. Le 15 mars 1900, Sarah Bernhardt ouvre son théâtre en créant l’Aiglon, spécialement écrit pour elle par Edmond Rostand. Le triomphe est total et du monde entier, on vient l’applaudir. Elle devient à près de soixante ans cet adolescent brûlant de fièvre et d’idéal qui meurt à vingt ans. Elle devient cette figure emblématique de la jeunesse sacrifiée. Après elle, plusieurs femmes ont repris le voile du travesti dont Anne Delbée qui reprend ici le rôle qu’elle a joué de nombreuses fois depuis 1989. Cette adaptation plonge dans les rêves de ce fils malheureux grâce au texte et aux effets du théâtre qui font surgir sur les plateaux du monde, des tempêtes, des chevauchées, des combats, des aigles, et des enfants qui meurent.

Note d'intention Anne Delbée

Un rêve - celui d’un gosse que son père jadis avait serré contre lui - très fort -et « l’étoile en diamant lui était entrée dans le cœur ».
À en mourir !
L’Aiglon tentait désespérément de rejoindre l’Aigle, mais il ne savait pas encore que les hommes enferment les poètes dont les ailes trop grandes se fracassent aux cages des guerres d’hier et de demain.
Il y avait une actrice de cinquante sept ans qui, chaque soir, inventait le Théâtre du feu de sa voix. Pour elle, lui, le rêveur, il avait écrit cette trajectoire brûlante vers l’impossible.

« Je ferai…je ferai…je veux faire…je rêve… »

« On a beaucoup ri, on s’est apitoyé sur cette femme vieillissante jouant le rôle d’un frêle adolescent qui grimpe à l’occasion sur les genoux de son grand-père. Ni impudeur, ni ridicule, souvenons-nous que la vieille dame qui joue un jeune homme, cela porte un très beau nom : cela s’appelle le théâtre ». Ecrit Patrick Besnier dans son admirable préface.

D’autres allaient à la suite de Sarah Bernhardt reprendre le voile du travesti : Véra Sergine, Marie Marquet, Simone, Margueritte Jamois, Jeanne Boitel…

« La femme, le corps paradoxal du travesti, sont nécessaires au héros l’Aiglon. Seul ce corps dépossédé peut matérialiser le drame du fils malheureux. Napoléon a tout pris, le monde, la gloire, la virilité ».
Patrick Besnier

Sortons avec Rostand nos petits soldats sur la table et rêvons à l’épopée de Wagram. Et le chapeau de l’Empereur devient gigantesque sous la lumière d’un candélabre parce qu’un acteur le regarde.
Il suffit, comme les enfants, de croire aux rêves, aux fantômes, à l’immensité des plaines _ et le joker merveilleux qui se nomme théâtre fait surgir sur les plateaux du monde, des tempêtes, des chevauchées, des combats, des aigles, et des enfants qui meurent.
Il y a le texte qui se drape dans sa splendeur. Les poètes n’ont pas besoin de tapis rouge. Laissons aller nos rêves, comme la petite marchande d’allumettes qui les craquent toutes _ pour apercevoir un instant les visages aimés.
Est-ce l’échec ou le début de la raison, que d’essayer simplement d’être aussi grand que son désir ?
Et cela vaut la peine même si nous nous éteignons un jour, clochards glacés
« Et nous les petits …
Effleurant encore du bout de nos doigts vacillants le berceau de nos enfances.
Et les Metternich s’ennuient tout à coup _ le monde est vide _ plus personne ne remue dans la cage _ ou sont donc les yeux si grands, si inquiets qui vous donnaient envie de les battre ou de les embrasser ? Le pouvoir ! Les honneurs ! Les combinaisons politiques même semblent fades _ ce silence.

« J’étais votre force et ma mort vous désarme ».

Il n’y a plus qu’à lui remettre son uniforme blanc - geste de théâtre - et linceul qu’on referme sur un espoir trop grand.

Anne Delbée

Distribution
  • adaptation, jeu et mise en scène : Anne Delbée
  • collaboration artistique : Émilie Delbée
  • costumes : Mine Barral Vergez

production cie Anastasis

Représentations

Salle Balène, Figeac
  • jeudi 26 juillet 19h30
Informations / repli

Durée 1h20

Tarifs

Tarif D
Tarif pleinTarif réduit-découverteTarif passionTarif jeune
série unique121086

Formule découverte : de 4 à7 spectacles par personne
Formule passion : àpartir de 8 spectacles par personne
Tarif réduit : demandeur d’emploi, groupe àpartir de 10 personnes
Tarif jeune : moins de 18 ans, étudiant de moins de 25 ans

Archives

- festival 2017
- festival 2016
- festival 2015
- festival 2014
- festival 2013

© 2013 Opéra Eclaté - Création Pixbulle