Devenez mécène

Andromaque ou Le combat pour l'humanité

Accueil
Spectacles
Andromaque
Une mise en scène d'un classique de Racine par une des plus grandes admiratrices de l'auteur : Anne Delbée. 

Note d'intention

"Pourquoi remonter Andromaque ? Je l’ai mise en scène des dizaines de fois, j’ai joué le rôle titre que je transmets aujourd’hui.
Atteindre enfin LA mise en scène à laquelle je n’ai cessé de travailler au détour de chaque vers du poète de vingt huit ans qui osa jeter ce brûlot en plein XVIIème siècles. Cette pièce, essentielle car elle fait entendre Jean Racine comme le poète ultime d’aujourd’hui.
Le plus contemporain qui nous hurle avec toute l’insolence de la jeunesse l’urgence de nous redresser, de vivre debout, et de sauver telle Andromaque cette humanité en déshérence engluée dans la dérision, l’imbécillité consentie et le mépris de l’autre au service des modes.
Enfin la Tragédie ! Cela devient rare sur les plateaux de théâtre. La Tragédie, le témoignage incandescent de l’être humain qui se dresse même solitaire pour dire non à la Barbarie. Car la Tragédie n’est pas triste. Au contraire elle est l’acte lumineux d’une renaissance.
Je vous convie à ce grand rendez-vous, avec elle, Andromaque, la sublime, la résistante, celle qui prise en otage ne faiblit pas, ne se dérobe pas, celle qui pied à pied arrache son enfant à la mort au prise d’elle même.
Vers énigmatiques !
« Et pour ce reste enfin j’ai moi même en un jour
Sacrifié mon sang ma haine et mon amour »
Que sommes-nous prêts à faire aujourd’hui pour sauver « ce reste » de l’humanité.
Andromaque qui ose tout jusqu’à pardonner à celui qui a dévasté son pays, détruit sa civilisation et en a fait sa captive.
« Peut-on haïr sans cesse et punit-on toujours »
Le face à face terrible de la Troyenne et du Grec, Racine le met en scène avec une audace, une provocation, une sensualité peut-être jamais égalés à ce jour. Au creuset de l’amour fou, charnel et spirituel, le criminel de guerre ainsi qu’on l’appellerait aujourd’hui devient la victime expiatoire et consentante. Tandis qu’il ose célébrer ses noces impossibles avec Andromaque, il est exécuté au pied même de l’autel par une jeunesse aveugle, ivre des guerres d’hier.
« Plus barbare aujourd’hui qu’Achille et que son fils
Vous me faites pleurer mes plus grands ennemis »
Andromaque se tient solitaire, une fois de plus devant les corps massacrés, les ruines, les statues saccagées.
Il est temps pour elle de repartir avec son enfant quelque part… où les gens en paix l’accueilleront peut-être …"
Anne Delbée

Notes de mise en scène

"Les restes d’un mur éventré. Un mur de marbre blanc. Un plateau de cendres noires d’où émergent des sculptures à moitié renversées, décapitées. La civilisation a été détruite. La guerre a fait son œuvre.
Pyrrhus est revenu sur les lieux, Pyrrhus le fou sanguinaire, le héros pour les grecs contemple Troie.
« Je songe quelle était autrefois cette Ville
Si superbe en Remparts, en Héros si fertile,
Maîtresse de l’Asie et je regarde enfin
Quel fut le sort de Troie, et quel est son Destin »

Ils sont là de nouveau les hommes de guerre et leur captive : Andromaque et son enfant. Andromaque au centre de l’arène fumante où chacun veut se venger de la Troyenne même la jeunesse qui n’a pas connu cette guerre.
Andromaque telle une lionne qui défend son petit va résister jusqu’au bout avec ses seules armes : les mots de Jean Racine. La parole.
Le théâtre qui une fois encore se lève !
Tonitruant de hurlements mais aussi de déclarations soyeuses de l’amour.
Un jour viendra où l’on croira que le monde est mort. Mais le soir venu le Théâtre réinventera l’humanité grâce à Andromaque. Le Testament de l’humanité.

Il y a du Wagner dans Andromaque.
Il y a du Bach dans Andromaque.
Il y a du Janis Joplin dans Andromaque.
Il y a la musique à venir.

Sommes-nous au temps d’Homère dans Andromaque ?
Sommes-nous au XVIIème siècle, dans la guerre entre la France et l’Espagne ?
Sommes-nous aujourd’hui avec ces rescapés d’une guerre atroce ?
Nous parlons en tout cas la langue de Racine.

Neuf acteurs fous de Tragédie que j’ai le privilège de faire travailler. Une nouvelle génération de tragédiens, une jeunesse avide de démesure, de folies, de Racine.
Témoignage d’une transmission qui fait partie de l’histoire du théâtre."
Anne Delbée

Distribution
  • Mise en scène : Anne Delbée
  • Assistant mise en scène : David Gravenhorst
  • Andromaque : Emilie Delbée
  • Pyrrhus : Valentin Fruitier
  • Oreste : Mickaël Winum
  • Hermione : Laure Portier
  • Pylade : Emmanuel Barrouyer
  • Cléone : Esther Moreau
  • Céphise : Larrio Ekson
  • Phoenix : Stanislas Perrin
  • Le Choeur : Arthur Campardon
  • Scénographe : Vincent Lievore
  • Scénographe : Dominika Griesgraber
  • Scénographe : Abel Orain
  • Costumes : Christian Lacroix
  • Costumes : Mine Barral Vergez
  • Musique : Patrick Najean
  • Lumière : Andrea Abbatangelo
  • Régie générale : Abdenor Mezlef
Représentations

Espace Mitterrand, Figeac
  • mercredi 25 juillet 21h00
  • vendredi 27 juillet 21h00
Tarifs

Tarif B
Tarif pleinTarif réduit-découverte Tarif passionTarif jeune
série 1 23191610
série 2 16131110

Formule découverte : de 4 à7 spectacles par personne
Formule passion : àpartir de 8 spectacles par personne
Tarif réduit : demandeur d’emploi, groupe àpartir de 10 personnes
Tarif jeune : moins de 18 ans, étudiant de moins de 25 ans

Archives

- festival 2017
- festival 2016
- festival 2015
- festival 2014
- festival 2013

© 2013 Opéra Eclaté - Création Pixbulle